Connectez-vous S'inscrire
   
Facebook
Twitter
Pinterest
Foursquare
Netvibes
Rss
Jeudi 31 Juillet 2014


Lundi 13 Mai 2013 - 12:42

Au Festival le "Sourd Métrage" à Nancy, rencontre pour échanger un regard et changer notre regard

Quand les mains disent les mots, quand les gestes portent les émotions





Donner la parole à des réalisateurs sourds, faire de la communication l'élément clé d'une compréhension mutuelle, deux des enjeux majeurs de ce cinquième festival qui se tiendra du 28 au 30 mai 2013 à Nancy. Quinze films en compétition, des spectacles riches et variés pour tous publics, des expositions, des tables rondes, trois jours pour se découvrir et se comprendre au travers de l'image.


Olivier Marchal, créateur du festival, signe la 5ème édition à Nancy. - © LPC | DR
Olivier Marchal, créateur du festival, signe la 5ème édition à Nancy. - © LPC | DR
Quand à quelques jours du lancement de ce festival Olivier Marchal, son créateur, prend le temps de regarder en arrière, il peut mesurer le chemin parcouru depuis la première édition en 2009. « Nous n'avons pas forcément été soutenus lors du lancement de ce projet, confie-t-il, mais aujourd'hui, nous voyons notre avenir radieux avec des projets plein la tête. » Preuve d'un autre regard, un mot qu'il emploie souvent, sur l'utilité d'une manifestation qui entend donner la parole à de jeunes sourds au travers d'une production cinématographique. Si les objectifs poursuivis sont multiples, intégrer une création artistique dans un programme scolaire constitue surtout une démarche pédagogique. Enseignant avant tout, Olivier Marchal ne l'oublie pas. « Comment traduire une langue vivante, celle des signes, en une autre langue vivante, le français », questionne-t-il. « Comment écrire un storyborad pour mieux planifier sa production cinématographique ? » Autant d'interrogations dont les réponses visent à créer une interaction dans un monde où deux univers se côtoient sans réellement se connaître. La part prépondérante de la communication dans nos sociétés rend ce challenge difficile. Nul doute que les élèves sauront le relever pour faire de ce moment festif une vraie réussite.

Une compétition, un festival, une cause

Comme dans tout festival, il y a une compétition avec des films soumis au regard d'un jury, présidé cette année par Emmanuelle LABORIT, première comédienne sourde à avoir été récompensée d'un Molière et directrice de l'International Visual Theatre. « C'est une chance de pouvoir compter sur des personnalités du monde du spectacle, d'établissements scolaires ou socio-éducatifs », souligne Olivier Marchal.  Et d'illustrer ses propos en citant les comédiens Bruno Ricci et Julien Cafaro, connu pour ses nombreux seconds rôles à la télévision. Tous portent un regard neutre sur la surdité et vont juger sans a priori pour délivrer les quatre prix décernés, grand prix du festival, coup de coeur du jury, meilleur scénario, meilleur montage. « S'ajoutent à cela un prix de la meilleure affiche de film, ainsi que de nombreux spectacles pour tous publics », poursuit Olivier Marchal, dont l'ambition est de proposer « un festival ouvert à toutes les formes d'expression ». Soulignons la présence de grands témoins tels que Marie-Thérèse L'Huillier, présentatrice de la première émission pour malentendants, du comédien Victor Abou chant-signeur et de Sophie Vouzelaud, comédienne et marraine de la FNSF ( Fédération Nationale des Sourds de France). Une cause qui mobilise environ 80 bénévoles, « très actifs et sans qui rien n'est possible », pour l'organisateur du festival qui tient à leur exprimer sa gratitude pour leur motivation et l'intérêt qu'ils portent à la démarche poursuivie depuis maintenant cinq ans.

Un regard pour comprendre et se comprendre

Le regard porté sur le travail des jeunes élèves « leur permet de comprendre qu'ils sont porteurs d'un réel potentiel, et ce n'est qu'en l'exprimant qu'ils se débarrasseront des a priori qu'ils nourrissent sur le monde extérieur », résume Olivier Marchal. Pour lui « ce regard est aussi celui que portent les autres sur cet univers. Il est à écrire avec un R majuscule. » Regard qui se prolonge au cours d'autres festivals. Ce qui apporte une seconde vie aux films pour l'organisateur de Sourd Métrage qui développe en précisant : « Un film a été primé au Festival entr'2 Marches, lequel se déroule lors la deuxième semaine du festival de Cannes. Ce qui a débouché sur un partenariat pour sous-titrer certains films. » Le regard porté sur ce festival est désormais mondial. « Nous aurons un représentant de Washington, détaille Olivier Marchal, et outre la présence du Gabon et du Burkina Faso, le Congo a envoyé un de ses représentants pour présenter un film. » L'association courts- métrages poursuit son action au-delà de ce festival. Elle a ouvert un site d'aide à la création de courts-métrages bilingues en langue des signes et sous-titrés. Elle facilite également l'accès au cinéma au travers d'un partenariat avec le Royal Saint Max qui chaque semaine projette un film sous-titré. Pour Olivier Marchal « c'est un grand moment d'émotion quand on voit une personne en larmes vous expliquer que c'est la première fois qu'elle va au cinéma en 60 ans. Les larmes n'étaient pas uniquement les siennes. » C'est à ce moment d'émotion que le public est convié pour une leçon de vie en somme, celle à partager dans nos différences, et non dans l'indifférence.

Contact et renseignements :
Association Sourd Métrage
10 rue de la République - 54550 Sexey aux Forges

Tél : 06 77 79 71 64 - le site Internet : www.festivalsourdmetrage.fr - courriel


Notez

              


Nouveau commentaire :
Pour info :
Un modérateur est susceptible de supprimer, préalablement à sa diffusion, toute contribution qui ne serait pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui serait contraire à la loi. Merci de votre compréhension.

Votre commentaire sera également publié dans le forum du site afin de lancer un sujet de discussion.

Musique | Arts & Expos | Spectacles | Littérature | Voyages | LPC, la revue | Rédaction | LPC TV | Le portrait de la semaine | Chroniques










jmleglise
livres
gasri
dvuc-mde-nancy-contact@univ-lorraine.fr
laetitea
CHATPITRE
HalleVerriere
MuseeSarrebourg
irleau
lesportesvives
Helissenalain
Cyndy
LPC57
brunoaltmayer
juzaklo
annelaure_O
EvelyneMeyer
JonathanEckly
Manigance
ulil
Angelys
BANDROLIEN
Jerome
olievin
Karine
MUSICROCK
juzaklo1
Camille57640
mpmazzarini
Jeremy