Connectez-vous S'inscrire
   
Facebook
Twitter
Pinterest
Foursquare
Netvibes
Rss
Jeudi 2 Octobre 2014


Vendredi 22 Juin 2012 - 10:45

La musique, la foule et l’orage

Chronique du vendredi 22 juin 2012





La chronique de la pop-culture à tendance geek. Je l’ai déjà dit : tout le monde se plaint toujours de la fête de la musique, en particulier les cultureux que nous sommes. La fête de la musique, c’est trop populaire, trop bas de gamme, trop tout quoi, pour nous grands amoureux de la culture - avec un grand Q - devant l’Eternel. Nous ne pouvons nous abaisser à aimer ça. Pourtant, tous les 21 juin, nous bravons la tempête, les décibels, la foule et la techno pour nous faufiler à grands coups de coude dans les ruelles, histoire de découvrir THE talent que nous ne découvrons jamais. Bref, la fête de la musique, c’est un peu comme un roman de BHL, on le lit, c’est quand même plutôt bien écrit, mais chut ! personne ne doit savoir que nous l’avons acheté.


La musique, la foule et l’orage
Il y a d’abord la foule. Tant de monde dans les rues, de tous âges, de tous poils, venant des quatre coins de l’agglomération. Avec des objectifs très divers : musique pour les uns – il en reste encore – alcool pour les autres, rentabilité pour les derniers. Parce que ne nous le cachons pas : qui dit foule, dit euros sonnants et trébuchants. Donc commercialisation. Je te loue un type qui prétend être un Dj, ou deejee pour les plus aware d’entre vous, je te monte une scène à l’arrière d’un camion et surtout je fais péter les watts. Pour que la recette fonctionne, je propose la bière à 1,50€ servie dans un gobelet en plastique estampillé par la marque de la dite bière. Et le tour est joué. A coup sûr, des dizaines et des dizaines de gamins s’amènent et picolent jusqu’à pas d’heure. Pour la musique, on repassera, mais pour la recette de la soirée, c’est du bonheur.

Ensuite, il y a la musique. A part quelques exceptions, il est difficile de trouver à cette occasion quelque chose qui sorte un peu du lot. Ne serait-ce que parce que je n’entends strictement rien, la musique étant couverte par le bruit démentiel qui sort de l’arrière du camion d’à côté. Les villes organisent des grandes scènes et tentent de faire venir, soit des artistes renommés, soit des groupes en devenir. Voilà donc une bonne nouvelle, n’est-ce pas ? Malheureusement, puisqu’il s’agit de la seule animation qui tienne un peu la route, l’endroit est bondé, squatté par les fans depuis des heures et quand tu arrives, alors que tu es plus d’une demi-heure en avance, tu te retrouves à 300 mètres de la scène, juste derrière un arrêt de bus. Crois-moi, on fait mieux en matière de visibilité. Pour le reste des « concerts », et je mets des guillemets à dessein, il y a de tout. Evidemment, entre l’arrière du camion et le groupe d’ado pré-pubères qui braillent en bas de chez toi, il faut dénicher la perle rare, le petit groupe ou la chanteuse qui est un peu à part et qui envoie du lourd. Règle n°1 pour les trouver : s’éloigner du centre-ville et des bars tendance. Tu les trouveras plutôt sur la petite place un peu à l’extérieur, animée par le bar du quartier que les habitués soutiennent.

Alors voilà pourquoi, à Metz (il ne t’aura pas échappé que je suis Messine), cette édition 2012 de la fête de la musique était remarquable et un des tout meilleurs millésimes. Annulée. Pour cause d’intempéries. Et pourtant les ados braillards n’avaient pas commencé à chanter faux. Là tu te dis que je suis mauvaise langue. Pas du tout. Parce qu’elle n’a pas été tout à fait annulée. A partir de 20h, le beau temps est revenu, mais les gamins-deejee ou les empêcheurs de chanter en chœur sont restés chez eux. Dans des rues tout à fait praticables, tout à fait accessibles, nous avons pu tranquillement, sans user des poings et sans avoir de bleus, entendre de petits groupes fort sympathiques : latinos, africains, chanson française, pop et rock. Bref, du bonheur. Alors je propose pour l’édition 2013, que les autorités usent d’une ruse extraordinairement efficace : tu dis que tu annules tout ou, plus pervers, que tout se fera à Nancy. Et hop, ni vu ni connu je t’embrouille, tu fais quand même jouer des groupes. Mais UN SEUL par place ou par rue. Et là c’est le bonheur assuré. Et le bonheur, c’est égoïste…


Notez

              


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 28 Juin 2013 - 12:05 C'est ma dernière surprise partie…

Jeudi 20 Juin 2013 - 16:59 Geek ta mère…


Nouveau commentaire :
Pour info :
Un modérateur est susceptible de supprimer, préalablement à sa diffusion, toute contribution qui ne serait pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui serait contraire à la loi. Merci de votre compréhension.

Votre commentaire sera également publié dans le forum du site afin de lancer un sujet de discussion.

Tendancieuse | La Plume à gratter ! | Littérature générale | Jeunesse | BD | Le monde du jeu vidéo | Concerts en Lorraine | Le plein de musiques | Expositions | Sainte-Trinité










Karine
dvuc-mde-nancy-contact@univ-lorraine.fr
jmleglise
livres
gasri
laetitea
CHATPITRE
HalleVerriere
MuseeSarrebourg
irleau
lesportesvives
Helissenalain
Cyndy
LPC57
brunoaltmayer
juzaklo
annelaure_O
EvelyneMeyer
JonathanEckly
Manigance
ulil
Angelys
BANDROLIEN
Jerome
olievin
MUSICROCK
juzaklo1
Camille57640
mpmazzarini
Jeremy