Connectez-vous S'inscrire
   
Facebook
Twitter
Pinterest
Foursquare
Netvibes
Rss
Mardi 2 Septembre 2014


Vendredi 13 Juillet 2012 - 11:16

Le Château de Pange, miroir de l'Histoire

Journée Empire en vallée de Nied





Dimanche 14 juillet 2012, Marie-Louise d'Autriche s'invite au Château de Pange. Deux cents ans ont passé depuis son dernier séjour en vallée de Nied, pourtant chambellans, pages et nobles dames de compagnie l'accompagneront avec autant d'entrain qu'en l'an de grâce 1812. Le marquis Roland de Pange et son épouse Edith accueilleront de leur mieux Sa Majesté l'Impératrice des Français, leur ancêtre Jacques n'ayant pu faire le déplacement. Vous l'aurez compris, le temps d'un week-end, Pange voyage à travers sa mémoire. Coup de projecteur sur un domaine vieux de quatre siècles.


Tout au long de l'été, ce sont Roland et Edith de Pange qui font découvrir aux visiteurs l'histoire de leur famille ainsi que celle du château.- © LPC | Anne-Laure Oeslick
Tout au long de l'été, ce sont Roland et Edith de Pange qui font découvrir aux visiteurs l'histoire de leur famille ainsi que celle du château.- © LPC | Anne-Laure Oeslick
Resplendissant dans sa pierre de Jaumont centenaire, le Château de Pange jaillit d'un écrin de verdure. Ici, aux marches de la Nied et à quelques kilomètres de Metz, l'Histoire de France s'est mêlée, souvent jusqu'à s'y confondre, avec les histoires et les souvenirs de chacun. Si bien qu'après tant d'années, l'endroit semble hors du temps. Pourtant, Pange respire encore, grâce au soin et à l'énergie sans faille de ses propriétaires. Edith de Pange compare sa grande bâtisse à un paquebot. « Pendant les mois d’hiver on passe son temps à se soucier des entrées d’eau, à se demander si le bateau va tenir, s’il pourra encore prendre la mer. Au mois de mai, on n’a qu’une envie c’est de repartir ! », s'exclame-t-elle. Dire qu'il n'est pas facile de tenir un château par les temps qui courent serait un euphémisme. Toutefois, le marquis et son épouse se consacrent corps et âme à la tâche, heureux de partager les siècles de mémoire dont ils ont hérité. « Ici prendre la mer, c’est ouvrir le château, faire monter des gens sur le pont, et raconter. A quoi bon un grand bateau si l'on n'emmène personne en voyage », s'interroge la marquise.

La visite de l'Impératrice

Un dimanche de juillet 1812, Marie-Louise d'Autriche, seconde épouse de Napoléon Ier, arrive à l'aube au Château de Pange. Revenant de Dresde, où elle avait accompagné l'empereur, elle décide de faire une halte dans la demeure mosellane du chambellan Jacques de Pange. Deux cents ans après cette mémorable visite, Roland et Edith de Pange commémorent l'évènement en organisant un week-end sur le thème de l'Empire. S'ils n'ont pas pour ambition de reproduire à l'identique la journée de l'Impératrice au Château, les nombreuses archives consultées leur permettent d'approcher l'esprit de ces moments pourtant si lointains. Citons par exemple ce passage du journal de Jacques de Pange, manifestement ému : « Sa Majesté se retira de bonne heure, lut dans quelques livres de la bibliothèque, dans le répertoire du théâtre français et dans les Lettres de Madame de Sévigné. Elle voulut bien en souvenir d’une circonstance si heureuse pour moi, mettre son nom sur un des volumes. » Ainsi ce week-end, des comédiens costumés participeront à une démonstration d'artillerie, avant d'accueillir une jeune Marie-Louise plus vraie que nature. Des villageois danseront en son honneur tandis que chacun pourra s'essayer aux jeux anciens installés dans les jardins. 

Quatre siècles d'Histoire

Cette manifestation est l'occasion de découvrir un château qui a traversé quatre siècles d'Histoire. Construit en 1720 à l'emplacement d'un ancien château fort, il a vu se succéder dix marquis de Pange. Le premier, Jean-Baptiste Thomas, est trésorier des troupes du roi à Metz. Il aura trois petits-fils, Louis, François et Jacques. La Révolution française en fauchera deux. L'aîné, fervent défenseur de la monarchie, meurt en Vendée l'arme à la main. François, l'homme de lettres d'abord rallié aux idées révolutionnaires, dénoncera avec éloquence les dérives de la Terreur. Il meurt jeune et malade après s'être exilé en Suisse. Jacques survit, c'est lui qui accueille Marie-Louise quelques années plus tard. Les années passent, puis viennent les guerres contre l'Allemagne. La dernière sera terrible pour la famille de Pange, chassée par les nazis. A la Libération, le château est loué : il devient une maison d'enfants, gérée par la CAF de Lorraine. Roland de Pange a vingt ans dans les années 1970, quand son père lui pose un ultimatum : « Je veux vendre, lui dit-il, à toi de décider. » Elevé à Paris, il ne connaît rien du village. « J’ai pris mon baluchon et le train Paris-Metz. J’ai respiré, j’ai senti, j’ai rencontré les gens, et deux jours plus tard je décidais d’y passer ma vie », raconte le marquis en souriant. Pour en apprendre plus, rendez-vous au château.


Contact et renseignements : 
Château de Pange
57 350 Pange

Tél : 03 87 64 04 41 - le site Internet : www.chateaudepange.fr  - courriel



Notez

              


Nouveau commentaire :
Pour info :
Un modérateur est susceptible de supprimer, préalablement à sa diffusion, toute contribution qui ne serait pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui serait contraire à la loi. Merci de votre compréhension.

Votre commentaire sera également publié dans le forum du site afin de lancer un sujet de discussion.

Musique | Arts & Expos | Spectacles | Littérature | Voyages | LPC, la revue | Rédaction | LPC TV | Le portrait de la semaine | Chroniques










jmleglise
livres
gasri
dvuc-mde-nancy-contact@univ-lorraine.fr
laetitea
CHATPITRE
HalleVerriere
MuseeSarrebourg
irleau
lesportesvives
Helissenalain
Cyndy
LPC57
brunoaltmayer
juzaklo
annelaure_O
EvelyneMeyer
JonathanEckly
Manigance
ulil
Angelys
BANDROLIEN
Jerome
olievin
Karine
MUSICROCK
juzaklo1
Camille57640
mpmazzarini
Jeremy